Lettre ouverte de l’APEP

                                                                                        Le 16 MAI 1908

 

 Madame l’Inspectrice d’Académie de la Vienne, Monsieur le Recteur, Monsieur le Préfet,

             Nous avions souhaité, soutenus par les principaux syndicats enseignants, la FCPE, la FNER et de nombreux élus de bords politiques différents,  une réunion de travail rassemblant autour de la même table :

-          Monsieur le Recteur puisque c’est lui qui détient la marge de manœuvre des postes et le rapport direct au ministre

-          Monsieur  le Préfet ou son représentant, président du CDEN

-          Madame l’Inspectrice d’Académie responsable de la mise en place de la carte scolaire

-          des élus, des parents et des enseignants composant notre association

Cette rencontre rapidement organisée était un engagement de M. Palisse du Rectorat, engagement réitéré mardi midi 13 mai devant témoins.

Aujourd’hui et malgré tous les appuis que nous avons déjà obtenus dans notre démarche constructive de promotion de l’école de proximité, nous n’avons obtenu de votre part que de fausses promesses de réunion de travail. Nous prenons acte de votre refus de fait et nous souhaitons que tous les citoyens puissent avoir connaissance que notre démarche constructive et coopérative ne vous intéresse pas. Nous le regrettons surtout pour nos enfants, pour nos villages, pour nos quartiers, pour notre pays.

            Nous ne sommes donc pas venus au rendez-vous  fixé ce soir par madame l’inspectrice d’académie dans la mesure où il s’agissait d’une réception de délégation, la énième depuis la publication de la carte scolaire. Nous avons pu de nombreuses fois déjà mesurer sa qualité d’écoute qui ne donne lieu à aucune suite, mise à part la publication de communiqués de presse. Aucun argumentaire, aucun document de travail ne nous a été remis depuis le 14 mars, date à laquelle nous nous sommes constitués en coordination. Cette manière de confisquer ou d’occulter le débat public sur la question de l’école qui nous concerne tous, ne nous semble pas digne d’un pays démocratique.

          
De notre côté, nous avons produit un document de travail d’une centaine de pages qui a été remis le 13 mai au rectorat, à l’Inspection Académique, au Conseil Général, à la Préfecture, aux organisations syndicales et de représentants de parents d’élèves et envoyé au Ministère de l’Education Nationale auprès duquel nous avons sollicité un rendez-vous. Nous sommes actuellement en train de le faire parvenir aux députés et sénateurs de la Vienne, aux conseillers régionaux ainsi qu’aux différents acteurs de l’aménagement du territoire. Nous tenons à ce propos à dénoncer les conditions déplorables d’accueil notamment à l’inspection académique où les portes ont été fermées devant nous, nous interdisant définitivement l’accès à ce bâtiment pourtant ouvert normalement au public. Ce document comporte des arguments généraux et particuliers aux territoires ainsi que des éléments nouveaux sur chaque situation de fermeture qui n’avaient pas été pris en compte dans cette carte scolaire que nous constatons si mal préparée.

 

 

Nous renouvelons en préalable notre demande de moratoire suspendant les fermetures de classes tant qu’une concertation n’aura pas eu lieu avec et entre les acteurs des territoires de la Vienne.

Dans ce cas, nous proposons de nous mettre au travail dès aujourd’hui : nous avons réfléchi à une organisation de travail, à des thématiques, à un échéancier que nous sommes prêts vous soumettre. Il nous parait essentiel que les différents acteurs de tous niveaux, du nôtre et du vôtre, collaborent pour de bon.

 

En espérant que vous serez sensible à notre volonté de vous aider à construire une école dont nous pourrons être tous fiers, recevez, Madame l’Inspectrice d‘Académie de la Vienne, monsieur le Recteur et monsieur le Préfet, l’expression de nos salutations respectueuses.

 

 

                                                                                                                L’APEP 86

       

 

Laisser un commentaire