Archive pour avril 2008

Le loup tapis au …dernier rang

Jeudi 3 avril 2008

Je suis en passe de grand désarroi,

Et savez-vous pourquoi ?

Egalité, liberté, fraternité

Sont de jolis mots

Mais devenus abstraits, périmés

Voir même galvaudés

Pour nos enfants, plus de voies

Voies de science ou de garage

Pour que le libéralisme s’enfle, se gonfle

Et gronde encore

Combien d’écoles rurales

 Faudra-t-il sacrifier ?

Car il ne faut surtout pas se leurrer

La liberté de penser, d’apprendre différemment

Et mis à mal méchamment

Poser des questions, s’interroger n’est plus de saison

Sinon il y a les portes de la prison

Prison d’état mais aussi

Prison de notre conscience et de notre inconscience

Les deux heures de trajet pour qu’ils aillent pointer

C’est pour les habituer.

Nos marmots n’auront qu’à bien se tenir

Fichés dès 3 ans…

Pour leur plus grande sécurité, évidemment

Empêtrés de citoyenneté bon marché

Pensant à 8 ans quel métier peut rapporter

Ou, selon l’habitus, à quel âge le chômage commencé

Des rires, des jeux, des conneries de camaraderie

Voilà ce que j’aimerais leur prédire

D’apprendre intelligemment, sans contrainte d’examen puant

Que tout soit prétexte à la connaissance et à l’apprentissage

Sage

Sachant se questionner et s’émouvoir

Devant un papillon, un vieux grimoire

Réalisant à chaque instant

Que leur vie leur appartient

Qu’ils l’ont bien entre leurs mains

Mais aujourd’hui,

« Ils » ferment les classes, les écoles

Sans se soucier de l’enfant

Le gouvernement ne respecte pas le contrat

Et offre le pire pour récolter le meilleur :

Une main d’œuvre soumise et mal payée.

Les fossés vont se creuser

De plus en mal

Et mon cœur, mon âme

Saignera plus que jamais d’avoir procréé

Pour n’avoir rien de mieux à leur donner.

Mais, il y a encore l’espoir

De voir

De loin en loin

Se lever des mains, monter les poings

De dire non au dictats de l’état

De montrer que nous sommes là

Pour mieux se réapproprier

La vie que l’on nous avait spoliée

Et vaille que vaille

Fouler les interdits policiers

Qui protègent les intérêts capiteux et capitaux

Des bourgeois et non des prolos.

 Marie-Line BON

Jeudi 3 avril à La Puye

Jeudi 3 avril 2008

Aujourd’hui, l’école a été occupée en soutien aux écoles menacées dans le département…

De nombreux parents et amis de l’école étaient présents avec les banderoles.

La presse est venue ce matin.

Ce soir, les parents parlaient de reconduire l’action à demain.

Ludovic, La Puye

Actions Assemblée Nationale JM Clément

Jeudi 3 avril 2008

Jean-Michel CLEMENT

Député de la Vienne

 

 

A Mesdames et Messieurs les Maires

Aux parents d’élèves et enseignants

 

 

A Gençay, le 3 avril 2008

 

 

 

 

Mesdames, Messieurs,

 

Comme vous le savez nous sommes tous mobilisés, élus, parents et enseignants pour la défense de la carte scolaire.

 

Les initiatives se multiplient pour infléchir des décisions, qui, si elles étaient maintenues porteraient gravement atteintes à l’école rurale et au service public de l’enseignement, qu’elle représente dans nos villages.

 

Plusieurs actions ont été envisagées pour assurer la défense de l’école rurale lors de l’assemblée générale du réseau Vienne – Gartempe le 1er avril à Persac.

 

Pour ce qui me concerne, je me suis engagé à interpeller le Gouvernement lors des questions d’actualité et à réunir les maires pour aborder dans la sérénité cette question essentielle à notre avenir.

 

Je viens d’adresser ce jour un courrier à Monsieur le Sous Préfet et à Madame l’Inspectrice de circonscription pour les informer de l’initiative que je prends et leur demander s’ils souhaitent être à mes côtés pour l’organiser.

 

Par ailleurs, hier mercredi une question concernant la réduction des effectifs dans l’éducation nationale a été posée par ma collègue Laurence DUMONT, je vous joins en copie celle-ci et la réponse de Monsieur DARCOS, Ministre de l’Education Nationale.

 

J’ai pris contact avec le vice président du groupe pour revenir à mon tour sur cette question dans les quinze jours qui viennent. J’aurai très certainement besoin d’informations plus précises pour formuler ma question et l’identifier plus particulièrement aux problèmes du monde rural.

 

Merci par avance de vos contributions respectives.

 

 

Jean-Michel CLEMENT

Député de la Vienne

Maire de Mauprévoir


ÉDUCATION NATIONALE

Mme Laurence Dumont – Avec 11 200 postes supprimés à la prochaine rentrée, succédant aux 7 000 supprimés en septembre dernier, l’éducation nationale paie le plus lourd tribut à la réduction des effectifs de la fonction publique, que vous avez programmée par pure idéologie (Exclamations sur les bancs du groupe UMP) – et ce, alors même que le Président de la République affirme souhaiter rendre le système éducatif plus efficace et que de nouveaux programmes, contestés et contestables, tant sur le fond que sur la méthode de leur élaboration, comportent des éléments nouveaux, et qu’est supprimée l’école le samedi. En réalité, la disparition de ces 11 200 postes entraînera une dégradation des conditions de travail des enseignants et crée une incertitude réelle sur la capacité des établissements à assurer les cours. Comment pourront-ils gérer la pénurie, si ce n’est en supprimant des options et des cours de soutien ? En réalité, ce sont nos enfants qui feront les frais de ces suppressions de postes avec des classes surchargées et des professeurs non remplacés en cas de maladie.

Monsieur le ministre, cessez cette gestion purement comptable de l’éducation nationale. Derrière les postes dont vous parlez sans cesse, il y a des hommes et des femmes qui exercent quotidiennement devant nos enfants. Vous pouvez être obsédé par le leitmotiv de la réduction des effectifs de la fonction publique, mais vous n’avez pas le droit d’hypothéquer l’avenir de nos enfants. Dans le pays, partout, la colère gronde… Enseignants, parents d’élèves, élus, tous sont mobilisés et s’inquiètent, à juste titre, des réformes en cours. Dans ma seule circonscription, pas moins de trente postes seront supprimés à la prochaine rentrée, dont six dans le primaire, si vous ne lâchez pas du lest. Dans mon département, le Calvados, ce sont quelque mille postes qui ont été supprimés depuis cinq ans dans le secondaire.

Mes deux questions sont simples. Combien de temps encore existera-t-il un service public de qualité de l’enseignement dans notre pays ? Le cadeau fiscal de 15 milliards fait l’été dernier aux plus aisés (Exclamations sur les bancs du groupe UMP) vaut-il le sacrifice de l’éducation de nos enfants ? (Vifs applaudissements sur les bancs du groupe SRC et du groupe GDR)

M. Xavier Darcos, ministre de l’éducation nationale – Puisque vous nous taxez d’idéologie, puis-je vous rappeler qu’en vingt ans, le premier degré a perdu 200 000 élèves dans le même temps que l’on y a créé 12 000 emplois, et le second degré 145 000 élèves sans que le taux d’encadrement pédagogique y ait été réduit ? Il ne faut certes pas supprimer les emplois quand ils sont nécessaires. Pour autant, ces créations de postes successives ont-elles amélioré la performance éducative de notre pays ? La réponse est non.

« Puisque l’école primaire va mal, créez des postes », me dites-vous. Je vous réponds : non, plutôt que de créer des postes, il faut réformer l’encadrement pédagogique, assurer des études surveillées et des stages pour les élèves en difficulté, obliger les enseignants à consacrer une part de leur service aux élèves en situation d’échec scolaire. Voilà la réforme (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP).

Vous réclamez de même des postes pour les lycées professionnels. Là encore, je vous réponds non. Donnons plutôt aux baccalauréats professionnels la même utilité que les baccalauréats généraux, généralisons l’alternance, formons différemment. Voilà la réforme (Mêmes mouvements).

Pour ce qui est de l’école primaire, comment se fait-il qu’en vingt ans, nous ayons perdu dix places dans les classements internationaux de résultats ? Comment se fait-il qu’un élève sur deux, à l’entrée en sixième, ne sache pas écrire l’adverbe « certainement » ? Comment se fait-il que nous soyons classés parmi les cinq derniers dans certains classements ? Ce n’est pas avec des postes que l’on remédiera à cette situation, mais par la réforme, toujours la réforme, encore la réforme de notre système éducatif ! (Applaudissements prolongés sur les bancs du groupe UMP, dont de nombreux membres se lèvent, exclamations sur les bancs du groupe SRC et du groupe GDR)

Propositions du réseau des écoles rurales vienne gartempe

Mercredi 2 avril 2008

D’ici au 3 avril 2008, il est convenu :

-          que les élus et les parents diffusent l’appel sur les communes du réseau.

-          que l’appel soit diffusé sur la liste de la coordination départementale.

-          que les élus et les parents diffusent le tract dans les communes alentour.

-          que  la mairie de Moussac contacte les cantons de L’Isle Jourdain et d’Availles Limouzine.

-          que J.M. Clément diffuse l’information aux autres cantons.

 

Le 3 et le 4 avril 2008, il est convenu :

-          que le maximum de personne aille au rassemblement

-          qu’il y ait des actions dans un maximum d’écoles et de villages (banderoles, occupations d’écoles, écoles mortes…)

 

Pour la suite, il est convenu :

-          d’appeler à un rassemblement le 21 avril 2008 lors du CDEN.

-          De s’y rendre en opération escargot.

-          Que les syndicats enseignants déposent un préavis de grève illimité pour que les enseignants puissent participer au mouvement.

-          J.M. Clément préparera avec le réseau une question à poser au gouvernement afin d’interpeller Xavier Darcos sur la question de l’école rurale.

-          Les enseignants déposent une proposition de transformation des écoles du réseau en un observatoire de l’hétérogénéité et des classes multi âges afin que soient reconnus les mérites de ces écoles.

-          D’établir des liens avec collèges et lycées ruraux qui éprouvent les mêmes difficultés que nous (le collège de Lussac a perdu trois postes en trois ans et ferme cette année une classe de 6ème).

-          De créer des outils favorisant une coordination nationale des mouvements pour la défense des écoles rurales (liste de diffusion, blog…).

-          Sur le deuxième trimestre 2008, J.M. Clément réunira les maires afin d’évoquer avec eux la question de l’école rurale.

-          De faire signer la pétition qui est actuellement en circulation afin de la remettre lors du CDEN.

Tract d’appel au rassemblement du 3 avril

Mercredi 2 avril 2008

Bonjour,

 

Voici le tract proposé par le réseau des écoles rurales Vienne-Gartempe pour l’appel au rassemblement du 3 avril.

A diffuser dans les communes concernées mais aussi dans les communes alentour (où il y a du monde sensible à ce qui se passe !)

A diffuser aux élus, DDEN, commerces, associations !!!

 

Ludovic

Arguments

Mercredi 2 avril 2008

Bonjour,

 

Ci-joint une proposition de texte qui peut permettre de fournir des explications, des arguments.

Elle peut compléter un tract, par exemple, pour ceux qui voudraient plus d’informations.

Arguments dans textes-tracts pdf Arguments pour une école de proximité de qualité

Ludovic

Que faire pour sauver les classes uniques ?

Mardi 1 avril 2008

La première serait que l’opinion finisse par être « au courant » de la valeur et l’originalité de ces classes, en premier lieu toutes les organisations d’enseignants, de parents, de citoyens qui militent pour l’école. Le problème, c’est que leur « valeur » et leur originalité sont dérangeante. Défendre l’école rurale de façon générale est plus facile et ça ne mange pas trop de pain… mais c’est complètement inefficace. Lorsque nous avons pu, momentanément, enrayer la machine éradicative, c’est en mettant en avant les résultats et les pratiques surprenantes des CU. En mettant en avant leur « modernité ». Une petite partie de l’opinion a alors dressé un peu l’oreille. Et puis les CU ont cessé d’être un cheval de bataille, y compris pour les ruraux. Et en avant la concentration, les établissements publics intercommunuaux, etc.

Ce qui est d’autant plus navrant, c’est que les CU constituent des lieux d’innovation (ancestraux !) que l’on ne peut taxer d’idéologiques, même les groupuscules anti-pédagogiques réactionnaires ne peuvent s’y frotter. On peut les sortir des polémiques dont se régalent les chantres du b a ba. Il n’y a rien à créer, il n’y a qu’à constater ce qui se passe là où l’on ne peut pas faire autrement que faire de la « pédagogie » !

La disparition des CU est beaucoup plus grave qu’on ne le pense : c’est la disparition de la dernière preuve que les destructeurs actuels de l’école on tort. C’est le dernièr bastion naturel, le dernier recours d’une « autre école » possible. Ce ne sera pas un vestige qui disparaîtra mais la dernière perspective du futur dont on n’avait qu’à s’inspirer un peu. Les urbains seront les premiers à le payer.

Qu’est-ce qu’on peut faire ? une mobilisation générale. Encore faudrait-il que les premiers intéressés y croient. Encore faudrait-il qu’ils soient soutenus par tous ceux à qui il reste un peu de pouvoir, de notoriété, de moyens, d’astuce, d’audience, de courage… Ce sont les petites choses, les choses simples, les graines, qui sont à sauvegarder en priorité absolue. Mais on n’en est pas encore à creuser le Groenland pour y conserver les graines de classes uniques ou à mobiliser les écolos pour placer quelques oursons de CU dans les Pyrénées !

Bernard Collot

123